TéléchargementsPlan du siteHistorique des modificationsTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Océanique sans jamais oser le demander...Liens sur le WEBContactsMention légale

448 visites, popularité : 58

Publication le 2002-11-04 21:30:00

Mis à jour le 2011-02-10 15:44:52

Société française

Nos dirigeants sont des gens comme vous et moi

(Enfin comme moi ça m’étonnerais : je ne me vois pas diriger quoi que ce soit...)

4 novembre 2002

Dans les débats politiques, ou dans les propos de comptoir, on entends souvent des phrase comme : "Pourquoi, monsieur, n’avez-vous pas mis en place ce système ? Vous vous êtes désintéresser du problème !" ou "Nous avons fait ça, vous ne l’aviez pas fait", ou encore "Mais pourquoi le gouvernement ne fait rien ?". Pas vous ? Vous n’avez jamais entendu ça, ou quelque chose d’approchant ?

Dans ma vie, et dans la votre aussi j’en suis sûr, il y a plein de choses que je ne fais pas. Et pourtant je sais comment les faire, j’en ai les moyens, j’en ai l’envie… Mais je ne les fais pas. Simplement parce que je ne m’en suis pas encore occupé, je n’ai pas rien fait mais j’ai fait d’autres choses.

Alors pourquoi ne pas reconnaître que les mecs qui sont au gouvernement n’ont rien à voir avec superman. Ce sont des vrai gens, énarques certes mais vrai gens quand même. Le gouvernement Jospin s’est occupé de plein de choses : le chômage, la CMU, les 35 heures… Toutes choses utiles même si on n’est pas d’accord avec la façon dont cela a été fait. La sécurité n’était tout simplement pas dans leurs priorités, parce qu’ils n’avaient pas été élus pour ça. Alors ne leur reprocher pas maintenant ! Demander que les politiques s’en occupe est légitime, mais leur reprocher constamment de ne pas régler tous les problème ressemble à un caprice d’enfant.

Et pourquoi à l’inverse les hommes politiques se sentent-t-ils obligés de promettre tout. Pourquoi, eux, n’ont-ils pas le courage de dire qu’ils ne peuvent pas tout régler, qu’il faudra du temps, qu’ils essayent juste de faire de leur mieux (quand c’est le cas). J’avais beaucoup aimer la phrase de Jospin, je ne m’en souviens pas exactement, quand il avait dit qu’il voudrait bien donner l’argent mais que ce n’était pas le sien mais celui de nos impôts. Quel moment de "politique réalité" !

Guillaume