TéléchargementsPlan du siteHistorique des modificationsTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Océanique sans jamais oser le demander...Liens sur le WEBContactsMention légale

895 visites, popularité : 96

Publication le 2007-01-22 15:45:23

Mis à jour le 2007-01-22 15:56:01

Musique

The Nits en concert à Saint-Jacques de la Lande

22 janvier 2007

Voir les Nits et mourir…

Imaginez la version acoustique du titre « Adieu sweet Bahnhof », une guitare, un accordéon, et le chanteur, assis sur le bord de la scène, chantant sans micro ! C’est bien la première fois que je voyais un chanteur capable de chanter sans micro devant une salle comble – pas de doute, même une panne de courant ne les empêcherait pas de donner un concert… Etonnant, cette facilité avec laquelle ils interprètent leurs morceaux, et que même l’absence de la (seule) musicienne du groupe ne se ressente pas.

Ils changent d’instrument sans arrêt, imaginez un des deux batteurs qui, en plus de sa partition de batterie, doit s’emparer du violon avant de reprendre les baguettes… On se demande comment il fait pour ne pas s’emmêler les pinceaux (et hop ! un coup d’archet sur la batterie, et que je frappe le violon avec les baguettes…). Mais non, pas une seule fausse note, ils jouent si bien de tous les instruments qu’on les qualifierait presque de jongleurs. Et pourtant, on est bien loin d’une représentation de cirque… On voit tant de clowns se démener sur les scènes de concerts (on ne citera pas de noms !), que ça fait presque bizarre de voir les Nits qui, sur scène, se comportent comme des gens normaux (si, si !), pas de dégaines branchées, pas de poses bien étudiées devant un miroir, pas de fausse modestie non plus… Finalement, c’est peut-être pour cette raison qu’ils durent depuis si longtemps, car chez eux, c’est la musique qui importe, pas tout ce qu’il peut y avoir de cinéma autour. Sans vouloir moraliser, les Nits, c’est une belle leçon de savoir-vivre… Tout semble aller de soi, le chanteur n’a jamais besoin de forcer sa voix pour monter dans les octaves, et ils n’ont pas la froideur de ces groupes parvenus à une telle maîtrise de leur art qu’ils en méprisent le public… Non, les Nits s’adressent au public, on dirait qu’ils sont là pour s’amuser, et la dose d’humour qu’ils ont en réserve semble inépuisable…

Mais pour en venir au vif du sujet, parlons un peu de leur musique : eh bien, qu’en dire… ?! Un mélange de nostalgie, de joie de vivre, d’humanité… ? Etrange, cette faculté qu’ils ont de créer une atmosphère sans faire appel aux clichés trop bien rôdés… Car de la recherche dans cette musique, ce n’est pas ce qui manque ! Ecoutez donc l’album « New Flat », sur lequel on pourrait qualifier certains morceaux d’expérimentaux, surtout pour l’époque à laquelle il est sorti ; eh bien, cet album est pourtant tout à fait écoutable, ils savent allier la recherche de sons à l’humour et à la mélodie – parfois jazzy, parfois rock, parfois triste… On atteint des sommets jamais égalés, avec les Nits, c’est peut-être la sincérité, tout simplement, qui donne une telle dimension à leur musique.

De plus, même en connaissant tous leurs albums, on ne s’ennuie jamais à un concert des Nits : chaque morceau, ils sont capables de le jouer de dix manières différentes (cf. les versions de « Cars and cars », « night fall » et « moved by her » sur le CD joué en collaboration avec l’orchestre symphonique de Hollande). Et puis, un concert des Nits , c’est aussi cette joie de vivre que j’évoquais à propos de leur musique, c’est une pèche d’enfer, pas besoin de boire 10 litres de bière ni de fumer 10 joints avant de monter sur scène… Pas étonnant que le public se retrouve debout au milieu du concert, à les voir bondir et sauter dans tous les sens sur la scène… Alors on se sent tout à coup à l’étroit dans son siège, et l’on n’a qu’une envie, c’est de se lever et de bouger avec eux. Les Nits en concert, c’est une fête, c’est – encore ! – la joie de vivre, la simplicité aussi. Finalement, il y a trop de mots pour les qualifier, mais seule leur musique peut faire ressentir (ou vivre) tous ces adjectifs… C’est grandiose, et à la fois si simple… Et c’est cette simplicité qui leur confère cette beauté. Eh oui, j’ai bien écrit : beauté. Leur musique est tout simplement belle, et d’une beauté si simple, accessible à tous… Elle n’a peut-être qu’une qualité qui expliquerait qu’ils n’aient pas plus de succès : la sincérité.

Les Nits sont au-delà de toute convention, de tout cliché, ils ne sont pas dans l’air du temps, ils sont au-delà de tout ça, loin des vicissitudes du business, de la « gloire », et pourtant s’il y a un groupe qui mérite une telle renommée, ce sont bien les « poux » (traduction du nom du groupe). Et voilà : on se gratte la tête, et puis on a beau se laver les cheveux, ils reviennent sans arrêt vous titiller le cuir chevelu… Et c’est si agréable qu’on finit par ne plus pouvoir s’en passer…

Le mot de la fin ? Merci ! Bravo ! Encore ! Bref, on en redemande !

Myriam

2 Messages de forum

  • Et oui Myriam,je les suis depuis 20 ans ces poux,…et 34 ans de carrière…pour moi,le meilleur groupe avec les beatles.

    ET jouer "Adieu sweet Bahnhof" à la guitare,un plaisir puisque j’en joue…pour l’instant,je joue "wath we did on your hollidays" et "mourir avant 15 ans"

    DM_750@hotmail.com

    David/Bruxelles.