Accueil de l'Océanique carnet de voyage

Carnet de voyage > Tour du monde 2007 > Nouvelle-Zélande > Muddy waters

étape précédente :
Picton : le passage
étape suivante :
Chou blanc à White Island

vendredi 16 mars 2007

Muddy waters

« Muddy waters » (« Eaux boueuses ») est (entre autres) le titre d’une chanson de Nick Cave, que nous avons beaucoup écoutée durant notre séjour en Australie et en Nouvelle Zélande…

Le lac Taupo est réputé pour ses truites géantes (importées il y a un siècle de Californie), aujourd’hui il y a même un concours de pêche à la truite qui se tient au mois d’avril : avis aux amateurs ! Pour notre part, nous avons pu en admirer une d’au moins cinq mètres de long ! Certes, elle était en plastique et servait d’ « appât » pour les clients d’un magasin, mais bon, il paraît que les truites du lac sont exceptionnelles (enfin, leur taille !). Le lac, lui, a été créé par une éruption volcanique qui compte parmi les plus violentes. Sur les photos, il est d’ailleurs difficile de distinguer que c’est un lac : sa surface est telle que l’on pourrait croire que c’est l’océan.

Au nord de Taupo s’étend une zone appelée « Craters of the moon » (« les cratères de la lune »), qui est une zone thermale active. Contrairement aux autres sites du même acabit, l’entrée ne coûte que 5 dollars néo-zélandais, et il n’est pas encore trop envahi par les touristes. On peut y observer des fumerolles, des cratères et autres mares de boue bouillantes et bouillonnantes… Le parcours, d’une heure environ, est parfaitement balisé, on ne peut donc pas se noyer dans une mare de boue, à moins de l’avoir cherché ! (nos souvenirs de Geysir, en Islande, nous reviennent tout à coup, et on se dit alors qu’on l’a échappé belle, car là-bas, le chemin était si mal balisé qu’on s’était retrouvé en « terrain dangereux » sans même s’en rendre compte, mais bon, on n’est pas aventuriers de l’extrême pour rien !).

Entre Taupo et Rotorua se trouve une autre zone thermale d’importance (mais de toute façon il y en a tellement dans la région qu’il serait trop long de toutes les énumérer), j’ai nommé Orakei Korako, où l’on accède par bateau (la visite coûte 25 dollars NZ – ceci est ce qui m’a le plus irritée dans cette région, à savoir que toute visite est payante, tous les sites sont exploités pour le tourisme, et il n’y a pas moyen d’observer la nature gratuitement (ou à de rares exceptions)). Les paysages d’Orakei Korako se révèlent plus lunaires que ceux des « Craters of the moon », et, finalement, le prix (cinq fois plus cher que « les cratères… ») est peut-être justifié, si l’on considère l’intérêt du site (multiplié par cinq par rapport aux « cratères… »). Reportez-vous aux photos plus bas qui sont plus explicites (et moins barbantes que mes explications, probablement !).

Comme nous voulions nous baigner dans une source thermale non payante et non aménagée (ces dernières pullulent ici), nous nous sommes rendus à la « Butcher’s pool », qui est une piscine d’eau chaude. Son nom vient de l’ancien propriétaire du terrain (M. Butcher), et la piscine a été aménagée durant la guerre par des objecteurs de conscience. Prendre la décision de s’y baigner n’est pas facile : la couleur verte de l’eau et le manque de visibilité (on ne voit pas ce qu’il y a au fond…), ainsi que le dépôt visqueux de couleur verte sur les parois de la piscine ne sont pas très engageants. Ajoutez à cela des sortes de champignons mousseux flottant à la surface… Nous avons tout de même tenté le coup, et en sommes ressortis vivants ! Prévoir tout de même une bonne douche après, ça rassure.

L’étape suivante, Rotorua, est LE site thermal néo-zélandais. A l’entrée de la ville, les motels s’alignent et indiquent tous « chambre avec jacuzzi », « chambres chauffées à l’eau thermale », « piscine d’eau minérale », etc. D’ailleurs, la légère (mais pas incommodante) odeur d’oeuf pourri ne trompe pas : on est bien dans une région… sulfureuse ! On se demande pourquoi ça ne sent pas aussi le bacon pourri… (il se fait tard, je vous le concède…)

Afin de nous réconcilier avec la baignade en pleine nature, nous avons essayé « Kerosene Creek ». Son nom vient de l’odeur que dégage l’eau, qui ressemble fort à celle du kérosène, mais pas de panique, c’est tout à fait supportable, et on l’oublie vite ! Comme la « Butcher’s pool », cette crique n’est pas facile à trouver, l’endroit n’est indiqué que par deux petits panneaux (« old Waio Tapu road » et « Kerosene creek » en bordure de route), mais ça vaut vraiment le coup ! Ici, vous avez à la fois la douche (avec la cascade, mais le débit de la rivière est si fort qu’on ne peut pas y rester longtemps), le jacuzzi (les remous de la cascade, mais c’est la même chose que pour la douche : si on y reste trop longtemps, ça vous arrache le maillot !), le bain (l’eau calme après la cascade), la nage (il n’y a pas beaucoup de fond, mais on peut faire quelques brasses, en revanche il est déconseillé de mettre la tête sous l’eau ou de s’adonner à toute pirouette dans l’eau), le bain de vapeur (l’eau est à une température suffisamment chaude pour que l’on puisse y rester longtemps sans avoir froid, mais pas trop chaude pour vous étourdir), et le cadre idyllique ! C’est vraiment L’endroit de rêve, si vous n’êtes pas allergique aux odeurs de kérosène ! De plus, si vous apportez un pique-nique et que vous aimez les balades dans la forêt, alors c’est l’endroit idéal. Les restes d’un feu de camp et une bougie posée dans un renfoncement au niveau de la rivière nous indiquent que le site n’est pas visité que dans la journée. Se retrouver dans un tel cadre le soir doit également valoir le détour ! Dans tous les cas, si vous le pouvez, profitez-en vite avant qu’elle ne soit exploitée et… payante ! (vous remarquerez au passage que ce sont les lieux présentant quelques inconvénients qui sont restés épargnés par le commerce : la « Butcher’s pool » avec sa couleur, et « Kerosene Creek » et son odeur… Ceci explique peut-être cela ?!).

Nous avons ensuite poussé jusqu’au « Thermal wonderland » de Waiotapu, mais l’entrée (trop chère) nous a fait faire demi-tour. Il faut dire que nous avions déjà notre dose de sensations thermiques ! Et, après notre bain dans « Kerosene creek », nous étions quittes pour une nouvelle douche et un lavage de maillots… La boue, ça colle.

Deux courts films pour illustrer ces propos :

La boue bout IMG/flv/P1030411.flv
La boue bout, encore IMG/flv/P1030412.flv
par Myriam

Photos

Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Lac Taupo Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Craters of the Moon Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Orakei Korako, la vallée oubliée Butcher's pool Butcher's pool Kerosene Creek Kerosene Creek Kerosene Creek Kerosene Creek Kerosene Creek Kerosene Creek Kerosene Creek Kerosene Creek Wai-O-Tapu Wai-O-Tapu Wai-O-Tapu Wai-O-Tapu Wai-O-Tapu Wai-O-Tapu

Diaporama

 

JPEG - 67.4 ko
Craters of the Moon

 

Forum

3 Messages de forum

  • Muddy waters 20 mars 2007 21:20

    juste pour dire que le film est impossible à téléchargé bien que j’ai ladslllllllllll. Qui peut m’aider ?

    • Muddy waters 21 mars 2007 09:32, par Fabrice

      On vient d’essayer, ça marche… Mais le fichier est vraiment gros (9 Mo), nous avons mis 10 minutes à le télécharger en haut débit.

      En plus, il faut avoir QuickTime pour le lire (ou un autre plugin qui lit le fichier .MOV).

      On vous le montrera en rentrant !

  • Muddy waters 22 mars 2007 21:50

    Meuh non, on voit bien… Toutes ces bulles ;) …