Accueil de l'Océanique carnet de voyage

Carnet de voyage > Montréal 2007 - 2008 > État des lieux

étape précédente :
Un temps pour mourir
étape suivante :
Big is beautiful

lundi 31 décembre 2007

État des lieux

L’hiver à Montréal

La blague du jour : connaissez-vous un dictionnaire qui liste les mots… qui n’existent pas ?! Eh bien il existe ! Au Québec, bien sûr ! Il s’agit du Multidictionnaire :

JPEG - 10 ko
multidictionnaire

À Montréal en ce mois de décembre 2007, ça gèle et ça dégèle, de façon cyclique, presque quotidiennement… Alors, une fois sur deux, on escalade les monticules de neige, puis, le jour suivant, après le dégel, on marche dans la mélasse et on se prend l’eau qui ruisselle des balcons et, le jour d’après, c’est-à-dire après le regel, on glisse sur les plaques de verglas… Bref, il y en a pour tous les goûts ! Le problème, avec les déneigeuses, c’est qu’après leur passage, les trottoirs sont bordés de murs de neige que, selon la hauteur, on ne peut franchir à moins de se transformer soi-même en bonhomme de neige (les bras en bouts de bois, non merci). Donc, pour les voitures c’est très bien, les routes sont dégagées, mais pour les piétons c’est une autre histoire (vivement que les réserves de pétrole soient à sec !). Il existe également des petites déneigeuses spécialement prévues pour les trottoirs, qui devraient donc se préoccuper du bien-être des piétons. Malheureusement, elles sont conduites par des chauffards sans scrupules, qui n’hésiteraient pas à vous rouler dessus pour déneiger le trottoir. Alors, quand vous vous retrouvez face à la déneigeuse, qu’elle vous fonce droit dessus, la seule issue est de plonger dans le mur de neige que la grosse déneigeuse a eu l’obligeance d’accumuler sur les côtés.

JPEG - 32.1 ko
Allée déneigée
A gauche, le muret érigé par les petites déneigeuses de trottoir…
JPEG - 48.4 ko
Ah, dormir dans la neige !

Pour se déplacer en hiver à Montréal, il faut bien connaître la forme de sa voiture, sinon il est presque impossible de s’y retrouver, à moins de déblayer toutes les voitures du quartier.

JPEG - 23.1 ko
Est-ce la mienne ?
JPEG - 31.3 ko
Ou plutôt celle-ci ?
JPEG - 51.3 ko
Et encore toute une rue à explorer !
JPEG - 13.6 ko
Teins, un indice...
JPEG - 25.8 ko
Ou encore celle-ci ?
JPEG - 22.7 ko
Oh et puis zut, j’en prends une au hasard !
JPEG - 41.6 ko
Ah, encore une !
JPEG - 27 ko
Ah, mais il y en a encore une là-dessous !

On pourrait croire qu’il est plus facile dans ces conditions de posséder un vélo, plus maniable et plus facilement transportable. Détrompez-vous ! Non seulement ils ne seront pas épargnés par la neige, mais, en plus, si vous oubliez votre vélo sur un trottoir et que la déneigeuse passe pour déneiger le trottoir en question, vous retrouverez votre vélo tout tordu…

JPEG - 21 ko
Flute, mon vélo...
Pour les voitures, il s’agit de les reconnaître, puis de s’échiner pendant un bon quart d’heure au déneigement… Pour le vélo aussi : il faut le sortir de là !
JPEG - 20.2 ko
Je crois que je l’avais attaché là ?!
JPEG - 15.6 ko
Ah, je crois reconnaître la sonnette !
JPEG - 15.3 ko
Celui-ci s’en tire bien !
JPEG - 40.8 ko
Trop tard !

Tout devient problématique en hiver : on ne peut plus s’asseoir tranquillement sur un banc – bon, en même temps, par moins 17, on n’a pas trop envie de rester assis, ne serait-ce que quelques minutes…

JPEG - 26.4 ko
Trop chouette le banc...

Mais rassurez-vous : les humains ne sont pas les seuls mal lotis : la vie d’un chien à Montréal est aussi… une vie de chien.

JPEG - 19.8 ko
Dur hein ?

La solution ? Pourquoi pas la tondeuse à neige ?! Nous l’avons baptisée ainsi car elle ressemble à une tondeuse et qu’elle fait le même bruit… Il s’agit en fait d’une déblayeuse, qui vous permet de dégager la neige devant votre garage, ou, pourquoi pas, le trottoir entre chez vous et l’épicerie du coin… (autant toujours se promener avec sa tondeuse à neige !)

JPEG - 44.5 ko
La tondeuse à neige !
(une découverte)

À part la tondeuse, l’instrument indispensable : la pelle !

JPEG - 28.6 ko
Pelle, ma belle pelle...

Nous sommes actuellement à dix heures du passage à l’an 2008, alors qu’une partie de la planète a déjà basculé, et que l’Europe ne va pas tarder non plus à passer de l’autre côté du temps, dans quatre heures exactement.

Si je dois faire un bilan de ces premiers mois passés à Montréal, je pense que les faits les plus marquants sont les suivants :

  • L’hiver s’étire et nous on se retire dans notre tanière
  • La neige, c’est beau, jusqu’au moment où les voitures passent
  • La nuit, le bruit des déneigeuses berce nos rêves ensoleillés
  • L’automne était magnifique
  • On a appris ce qu’était un bonhomme sourire
  • Les déneigeuses font un boucan d’enfer
  • Même ici, il n’y a apparemment personne qui s’est décarcassé pour trouver le féminin de "bonhomme de neige" - une honte !
  • Il ne faut jamais demander ce qu’est un bonhomme sourire, et surtout ne pas faire remarquer qu’en France, on les désigne plus souvent par le terme « smiley »
  • Si vous voulez vous faire des amis québécois, il ne faut JAMAIS comparer la France au Québec, sous quelque aspect que ce soit, et surtout pas sur le plan linguistique.

Ce qui nous manque le plus :

  • Le vrai fromage
  • Les tempêtes bretonnes, bien moins sournoises que les tempêtes de neige (car plus bruyantes)
  • Patauger dans la mer (et non dans des flaques de slush, ce mélange de boue et de neige)
  • Les velouté fruix
  • Parler franglais avec l’accent français quand ça nous chante
  • Les crêpes de blé noir (parce que les crêpes salées au froment, c’est franchement pas terrible)
  • La mer sous toutes ses formes (embruns, écume, vagues, goût du sel sur la peau, cri des mouettes, bruit du ressac…)

Ce qu’on fait pour y remédier :

  • On achète du vrai emmental suisse à la boulangerie « Première Moisson » (2,40 $ le kilo)
  • On écoute le CD « mers & océans » (73 minutes et 54 secondes de sons marins enregistrés)
  • On met des algues, du goémon et du gros sel dans la baignoire en écoutant le CD
  • On fait des vagues dans le bain d’algues
  • On patauge dans la baignoire avec nos bottes en caoutchouc
  • On éponge la salle de bain à la serpillière (et non à la vadrouille)
  • On répète cent fois par jour "je me suis logué à mon site web pour uploder mes pages avec mon oui-fi", avec un accent français à couper au couteau
  • Pour les crêpes de blé noir, on n’a pas encore trouvé la parade, mais il y a quelques crêperies montréalaises qui auront peut-être nos faveurs (à suivre)

Ce qu’on aime :

  • Les maisons montréalaises et l’architecture de la ville en général (pas de gratte-ciel et pratiquement pas de tours moches)
  • Jouer au foot avec un petit bloc de neige
  • La soupe à la courge
  • Faire les courses à n’importe quelle heure et se faire livrer
  • Les bibliothèques universitaires ouvertes le week-end
  • La neige sous toutes ses formes (flocons, cristaux, glace) : le silence des tempêtes, la beauté de la ville pendant la tempête, le scintillement des cristaux qui tombent du ciel, c’est magique ! La route scintille aussi, on dirait la voie lactée !
  • L’odeur du feu de bois quand on passe près des maisons qui ont une cheminée
  • Le Citron vert : un bar à jus de fruits aux noms ésotériques (avenue du Mont Royal) avec plein de trucs bizarres dedans, idéal après une balade sur le mont, ou avant, ou les deux !
  • Jouer au foot avec un gros bloc de neige
  • L’odeur du café fraîchement moulu au rayon café des magasins Métro
  • Imaginer les écureuils hibernant dans leur tronc d’arbre, savoir qu’il y a des ratons laveurs, des mouffettes, des renards, des coyottes et des chevreuils (entre autres) qui vivent en ville ou aux abords
  • Manger des « rusks » (biscottes) quand il n’y a plus de pain, et le prononcer à l’américaine ou à la russe, suivant l’humeur
  • La tarte à la citrouille
  • Jouer au foot avec le plus gros bloc de glace possible (un concours est ouvert)
  • La Sentence : Un bar restau dans le vieux Montréal, tout près du palais de justice. Le brunch y est savoureux, mais les plats à la carte sont assez chers. Les menus portent des noms évocateurs (la sentence – le jugement – liberté conditionnelle, etc.). Le décor : les cloisons intérieures sont percées de fenêtres munies de barreaux, et, en mezzanine, des prisonniers sont enfermés dans leur cellule. (17 rue Notre-Dame Ouest)
JPEG - 23.8 ko
La sentence
JPEG - 21.1 ko
La sentence
JPEG - 38.9 ko
La sentence

Pour conclure cet état des lieux, comme vous l’aurez constaté, les lieux sont dans un sale état ! (oui, j’avoue, c’était pour le (mauvais) jeu de mots…)

par Myriam

Photos

Les rues de Montréal la nuit Lampadaire Cristaux Une église près de la station Mont-Royal Poudrerie Poudrerie Les petites allées peuvent être un peu encombrées ! Une petit air de noël dans la nuit enneigée... Cherchez l'erreur... Une maison blanche comme neige Illuminations Question à cent balles... Ultra-moderne solitude On ne se croirait pas à Moscou ? La neige sous les lumières (artificielles) de la ville La neige sous les lumières (artificielles) de la ville Et la question de la soirée... Le Saint Laurent Gelé Le Saint Laurent Gelé Le Saint Laurent Gelé Le Saint Laurent Gelé Le Saint Laurent Gelé Le Saint Laurent Gelé Le Saint Laurent Gelé Sculptures étranges... La voie de chemin de fer se perd... La basilique terrible Ruelle Les chevaux attendent le touriste Lumière bleue... de froid

Diaporama

 

JPEG - 26.7 ko
Sculptures étranges...
N’importe quoi ! Ce sont des arbres… Même les arbres se protègent pour l’hiver !

 

Forum

1 Message

  • État des lieux 12 janvier 2008 11:37, par hum......... un chat noir et blanc qui passait par là....

    ^^ cool !!
    ’doit fair froid dans vot’ pays !!
    l’est trip c’tarticle !!

    -ce com’ a été rédigé dans l’nouveau langage 2 gre….-