Accueil de l'Océanique carnet de voyage

Carnet de voyage > Montréal 2007 - 2008 > Wanted : springtime - On recherche le printemps – Récompense : 1000 (...)

étape précédente :
Big is beautiful
étape suivante :
La saison du goudron

vendredi 4 avril 2008

Wanted : springtime - On recherche le printemps – Récompense : 1000 $

À l’Université de Montréal, il y a un trimestre d’automne (début septembre à mi-décembre), un trimestre d’hiver (début janvier à mi-avril), et un trimestre d’été (début mai à mi-août). Jusque là, tout va bien. Sauf qu’il manque une saison. Vous savez, celle qui, sous nos latitudes, débute le 21 mars et se termine le 21 juin, cette saison qui, généralement, coïncide avec les premiers bourgeons, la renaissance de la nature après un long engourdissement, celle où on commence à revoir la lumière du jour, le soir, même en sortant du travail… Certes, nous sommes passés à l’heure d’été il y a deux semaines. Certes, les températures sont, la plupart du temps, positives (jusqu’à +8 !) depuis environ une semaine. Certes, les écureuils sont à nouveau de sortie, on entend à nouveau le piaillement des oiseaux, et les amoureux s’embrassent dans la rue. Tous les signes du printemps sont là. Sauf que, aujourd’hui, il neige, et qu’on n’a pas vu une touffe d’herbe verte depuis novembre. Tout est toujours blanc comme un cachet d’aspirine (ou de Tylénol, l’aspirine locale), et là, alors que les blocs et autres tas de neige entassés tout l’hiver avaient commencé à fondre et à laisser entrevoir le goudron en dessous, voilà qu’il neige de nouveau, et pas à petits flocons, hein, pas de la petite gibelotte (rien à voir avec la recette du lapin, il s’agit du nom donné ici au grésil) non, de la bonne grosse neige des familles, de celles qui collent partout et s’accrochent aux cheveux, de bons vieux flocons qui s’abattent en masse sur les routes et partout où ils peuvent, pourvu que ça se voie. Du blanc, du blanc, rien que du blanc. Bouh !

Nous avions fait un pari il y a une semaine : j’étais d’avis qu’on aurait encore une grosse tempête de neige avant le printemps, Fabrice, lui, disait que c’était bel et bien fini, que la neige allait fondre gentiment et tomber dans l’oubli. Entre temps, je m’étais fait une raison, et je n’étais finalement pas mécontente de perdre le pari, tant le besoin de couleurs et de chaleur se faisait sentir. Alors, aujourd’hui, il semblerait que je sois en passe de le gagner, mais, franchement, je n’en suis pas fière. Pour ce qui est du printemps, il paraît qu’ici il dure une semaine, 10 jours au plus : on passe de l’hiver à l’été sans avoir le temps de dire ouf ! Du moins, c’est ce que disent les Montréalais qui le sont depuis au moins 10 ans, alors on serait tenté de les croire. Maintenant, c’est à vérifier de façon empirique. Nous tiendrons donc le coup. Nous ne bougerons pas jusqu’à ce que la ville reprenne des couleurs, jusqu’à ce qu’elle quitte son manteau blanc pour des tenues plus estivales, que son visage livide se farde de nouveau de vert, de jaune, de rouge, de n’importe quelle couleur pourvu qu’elle crie, qu’elle criarde, qu’elle vive ! Allez, sur ce, je vais quand même jeter un coup d’œil par la fenêtre, des fois que le dérèglement climatique ait déréglé aussi l’absence de printemps au Québec et qu’il nous en offre un tout beau tout neuf et qu’on n’ait plus à regarder le paysage dans le blanc des yeux. Bon, ça se présente mal : Blanche Neige s’est encore répandue partout. Alors, dès qu’on a des nouvelles du printemps, on vous fait signe !

Le célèbre film "Nuits infernales à Montréal !" :

par Myriam

Photos

On se croirait à l'époque du Far West ! Une ancienne publicité. Les piétons doivent traverser la route en courant au maximum à 30 (...) Un square très accueillant... Vous voyez la croix, en haut ? Eh bien, c'est là qu'on va (...) L'allée du Mont royal : une véritable patinoire ! La photo conceptuelle du mois ! Salut, toi ! Montréal, côté centre ville. Une allée, un peu moins verglacée... Ça grimpe fort ! L'arbre qui cache la tour... Le Mont royal Montréal, du Mont royal. Un arbre au grand coeur... Montréal, vue d'en haut. Derrière les arbres, la ville. La ville derrière un rideau d'arbres. Au loin, Le Saint Laurent, en partie gelé. La même, "dézoomée". La vue du belvédère en haut du Mont royal. Montréal, vue d'en haut. Montréal à vos pieds ! L'écureuil du mois ! Une allée, toujours aussi verglacée. Les piétons ne sont pas autorisés à marcher en dessous de 20 Km/h (...) La croix en haut du Mont royal. On dirait qu'il y a un banc là-dessous ! Je crois qu'il vaut mieux prendre la déviation, non ? Aux pieds de la croix. La lumière du soleil réchauffe un peu le paysage. En bas, Montréal... Montréal, vue d'en haut. Montréal, vue du Mont royal. Eh oui, c'est la saison du ski ! Ça y est, nous avons retrouvé le plancher des vaches ! La jolie porte verte du théâtre du rideau vert. La fresque sur la façade du théâtre du rideau vert.

Diaporama

 

JPEG - 57.1 ko
Un arbre au grand coeur...