TéléchargementsPlan du siteHistorique des modificationsTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Océanique sans jamais oser le demander...Liens sur le WEBContactsMention légale

938 visites, popularité : 37

Publication le 2002-11-01 19:00:00

Mis à jour le 2011-02-10 15:46:47

Société française

La France est-elle atteinte de "sarkoze" ?

1er novembre 2002

Tout le monde parle beaucoup des lois "Sarkozy" pour la sécurité du pays. Oui on en parle beaucoup : seront-elles efficaces, diminuent-elles la liberté des citoyens… Certes on peut en discuter. Pour ma part je ne m’y aventurerais pas : mes connaissances sur le sujet sont trop faibles. Encore que, ayant dans mes connaissances des travailleurs sociaux, j’ai entendu dire que la profession est massivement contre. D’ordinaire je fais plus confiance aux gens qui travaillent dans un domaine pour en parler…

Non, mais je voudrais quand même soulever quelques points :

Ces lois ne sont pas applicables, ce sont des "outils policiers"

Je prends l’exemple le plus marquant : les jeunes dans les gages d’escalier. Tout d’abord des lois existent déjà : tapage nocturne (qui n’a de nocturne que le nom), dégradation du bien d’autrui ou du bien commun… Qu’apporte de nouveau l’interdiction de se réunir dans les entrées d’immeubles ? Pas ailleurs, juste là… Les policiers pourront venir, probablement appelés par un voisin, et coller une amende à tous ces jeunes. Ils le feront systématiquement ? Non je ne pense pas : les prisons et les finances des familles seraient insuffisantes. Alors quoi, ils vont venir, menacer… et s’ils sont de mauvaise humeur ils vous colleront une amende.

D’ailleurs faîtes tous très attention, parce que quand vous sortirez d’une soirée chez des amis et resterez discuter quelques minutes avant d’affronter la pluie pour récupérer votre voiture, vous serez dans l’illégalité la plus complète ! "Non", allez-vous me dire, "à nous ils ne nous mettrons pas d’amende, ils verront bien que nous ne sommes pas de jeunes banlieusards désoeuvrés"… Vous me répétez ça ? Alors ce sont des lois contre les jeunes banlieusards désoeuvrés, pas contre le bruit et les dégradations dans les halls d’immeubles. C’est bien ce que je pensais… là où je voulais en venir.

Cette loi n’est pas applicable. Pour l’appliquer il faudrait verbaliser des millions de personnes (et oui les banlieusards désoeuvrés sont aussi des personnes, des citoyens même, je sais c’est subversif de dire ça par les temps qui courent). C’est une loi qui ne sert qu’à donner une arme de plus à la police : si vous n’êtes pas gentil je vous colle une amende.

Quand finira-t-on, en France, de faire des lois qui ne s’appliquent qu’à moitié, selon l’humeur des policiers et la tête du "client" ? Comment voulez-vous qu’un peuple soit respectueux des lois si dans la moitié des cas on ne risque rien ? Soit un truc est interdit et il l’est pour tout le monde dans tous les cas, soit il ne l’est pas.

De mon point de vue une loi doit être une règle instaurée pour le bon fonctionnement de la société, pas un outils mis à disposition de la police. On pourrait avoir la même discussion à propos de la dépennalisation du cannabis, de la consommation je veux dire. De fait la consommation est tolérée en France, seulement la loi reste parce que la police s’en sert pour faire pression sur les consommateurs et les pousser à dénoncer leur fournisseur : "si vous ne me donner pas votre fournisseur je vous garde au poste". C’est du chantage ! C’est malsain. A plus d’un titre : d’abord le chantage et puis le fait que la chose interdite ne l’est plus pour les délateurs. Nous aurons maintenant la même chose dans les halls d’immeuble : "soit vous me dites qui a incendié cette voiture hier soir, soit je vous colle une amende !". Beau pays vraiment.

Certains diront que l’essentiel est t’atteindre le but : arrêter les incendies de voitures. Ils disent ça parce qu’ils n’incendient pas de voiture. Mais attention, cette façon de faire peut se répandre, un jour vous tomberez peut-être dedans ! C’est le principe, la fonction de cette loi qui est critiquable. La façon même de voir la fonction d’une loi, en général.

Dernière nouvelle du 10/11/02 : Je ne croyais pas si bien dire…, ce soir, dans l’émission "Tout le monde en parle", le député UMP des Alpes Maritimes (je n’ai pas retenu son nom) déclare que les prostituées étrangères auront le choix entre rentrer dans leur pays ou dénoncer leurs filières. C’est une loi ça ? S’il faut donner à la police les moyens de travailler, on peut certainement trouver mieux que des lois "prétextes". Il n’est pas bon, pour l’image de la loi, pour la compréhension que les citoyens en ont, que les lois aient un but autre que ce qu’elles disent clairement.

Le discours

Mais ce n’est pas le plus grave…

Si vous avez un peu écouté notre cher ministre de la défense, la notion récurrente de "gens bien" et de "gens pas bien" ne vous aura pas échappé. Vous savez les gens bien ce sont ceux qui vont bosser le matin, qui payent des impôts, et qui votent à droite. Il y a aussi les "braves mendiant", ah ça c’était très fort : "nous ne nous en prendront pas au brave mendiant" (mot pour mot). Ca ne vous hérisse pas le poil ? Moi si, même si coté poil je suis assez mal lotie.

Il y a donc maintenant des "bon citoyens" des gens normaux. Et je ne dis pas "bon français" pour ne pas rappeler de mauvais souvenirs aux plus anciens, mais ça y ressemble.

Le problème bien sûr c’est la définition de ce qui est "normal". Je crois que depuis mai 68 nous vivions de plus en plus dans un esprit "nous sommes tous différents mais nous allons essayer de vivre ensembles". Et c’est vrai que nous sommes tous différents. C’est également vrai que le mieux est d’essayer de vivre ensembles en respectant nos différences. Est-ce que cet état d’esprit à fini d’exister pour faire place au culte du "normal", nettement plus traditionnel.

Il est vrai qu’il y a des comportements clairement anti-sociaux. Seulement dans les escaliers des cités ? Non je ne crois pas, aussi au volant des grosses BMW à 180 km/h sur l’autoroute. Egalement dans l’hatitude peu scrupuleuse de certains dirigeant d’entreprise. En fait dès qu’un individu décide sciemment de chier à la gueule de son voisin (veuillez excuser l’expression, je m’emporte) pourvu qu’il en tire un avantage.

Alors qu’est-ce qui est normal. Que monsieur Sarkozy veuille rassurer le "brave contribuable" qui "va travailler le lendemain", d’accord. Mais si on part dans la définition d’un citoyen normal nous finirons tous par être anormaux : au fond c’est vrai que nous sommes tous différents…

La "sarkoze", c’est comme une nécrose. Ca fait aussi penser aux narcotiques… C’est ce mal qui nous atteint peu à peu, un mal sournois qui vient dans le discours, pas dans les lois elles-mêmes, pas dans les actes, mais dans la façon de présenter les choses, dans l’idéologie qui transpire sous les mots.

Le sentiment d’insécurité

Ces lois s’adressent aux policiers et à la multitude de français qui se plaignent de l’insécurité. Pour le coté "donnons des moyens à la police", j’en ai déjà parlé plus haut…

Il me semble que l’année dernière on parlait beaucoup de sentiment d’insécurité et d’insécurité réelle. Maintenant plus un mot sur le sujet, l’insécurité est devenue réelle sans aucun doute. Je me souviens avoir vu un reportage qui montrait des gens, dans un village paisible, qui parait de l’insécurité de la vie moderne… avec des grands mots, des cris, des "vous vous rendez compte madame !". Et puis en fait d’insécurité il n’y avait rien chez eux, ils ne parlaient que de ce qu’ils voyaient à la télé.

J’ai vécu à Paris, j’ai traîner dans des banlieues, dans des camps de gitans, à toutes heures, seule ou accompagnée. Je n’ai jamais eu de sentiment d’insécurité grandissant et omniprésent. Oui il y a des problèmes, il y a toujours des problèmes quelque part. Il y a eu des évolutions aussi : les jeunes délinquants de maintenant me font un peu peur. Parce que, contrairement à leurs aînés, ils n’ont pas de règles, il ne tapent pas pour voler ou pour régler un compte, ils tapent pour "s’éclater". Ca c’est un problème d’éducation, d’identité sociale, de sentiment d’appartenance à une groupe… Je veux dire c’est un problème de manque de tout ça…

Ces lois sont le prolongement de la campagne électorale : la presse de droite à "promu" le sentiment d’insécurité et le gouvernement de droite propose maintenant des lois pour calmer cette peur artificiellement créée. C’est un coup de maître ! Ils ont trouvé le filon qui leur permet d’abord de diminuer la gauche, puis de donner l’impression de répondre aux "attentes" des français.

Mais, au bout du compte, à part donner un "sentiment de satisfaction", est ce que le pays va aller mieux ?

Et pour le reste…

Pour finir, et pour ne pas être que critique, je voulais préciser que, bien que je soit foncièrement de gauche, je trouve que le gouvernement ne se débrouille pas mal. C’est à droite, c’est sûr, ça se voit, mais ils bossent. L’équipe Jospin aussi bossait… Et ils sont forts, ils manipulent la population avec brio. C’est vrai qu’ils ont une longue habitude…

Guillaume

1 Message

  • La France est-elle atteinte de "sarkoze" ? 23 décembre 2006 18:48, par ovnimeuh, libragorien

    Bonjour,

    Le député UMP des Alpes Maritimes dont tu parles est Bertrand Estrosi, fidèle de Sarko, et tête de file pour l’extermination des loups du Mercantour.

    Après les loups, les prostituées ?

    Faire parler les prostituées étrangères : il semble que c’est la première fois dans le droit français qu’un droit est conditionné par de la délation. Beau précédent…